Jugements et idées reçues : un mélange détonant !

Nous jugeons toujours trop vite, et surtout en mal.
Ces  jugements raides viennent  souvent  de nos préjugés inconscients.
Quelques exemples issus de la psychologie expérimentale  risquent de nous mettre le rouge au front.
On demanda à une centaine d’étudiants-garçons et filles, d’évaluer  un manuscrit inédit.
Il était signé d’un inconnu : John Mc Kay.
80 % répondirent qu’il s’agit d’un texte novateur, intéressant et risquant des idées nouvelles.
Un autre « lot » homogène  d’une centaine d’étudiants reçut ensuite  la même demande avec le même manuscrit.
A une lettre près : il était signé Joan Mc Kay, avec un prénom féminin.
80%  convinrent que le style n’était pas désagréable, mais ajoutèrent  s’être ennuyés à la lecture d’idées déjà ressassées.
Lorsqu’on demande à des sujets d’associer spontanément des mots à des images, on constate que   les visages de personnes âgées ou obèses sont significativement reliés à des termes péjoratifs.
Lorsqu’on donna des défibrillateurs  cardiaques  automatisés de dernière génération à des secouristes professionnels, ils mirent deux fois plus de temps pour apprendre à s’en servir …-que des enfants ! Ces derniers en effet, sans aucune pression,  se laissèrent facilement  guider par les couleurs vives et les indications vocales explicites de la machine.
Je laisse le dernier exemple résonner dans votre  inconscient : vous en apprécierez toutes les harmoniques, qui reviendront en vague, comme des effluves récurrents et vaguement inquiétants :
D’après une récente étude publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology, on a tendance à juger les autres plus durement lorsqu’on vient de se laver les mains…
Abyssal, n’est-ce pas  ?
Dr Christophe Marx
Octobre 2010
Pour réagir à cet article

Retour à la liste des publications

Aucun commentaire

Réagissez au texte