Connaissez-vous une étude scientifique sur l’efficacité de la pertinence relationnelle pour les soignants ?

 

« Journal Watch Women’s Health »
Giron. M et coll : Clinical interview skills and identification or emotional disorders in primary care »
Am J Psychiatry
1998 Apr= 155,530,5

La plupart des patients ambulatoires dans les services de soins primaires sont des femmes et elles sont nombreuses à souffrir de troubles émotionnels qui peuvent compliquer le diagnostic et le traitement des symptômes physiques. Cette étude a évalué si la faculté de dialogue des médecins de première ligne est corrélée à leur capacité à détecter des troubles émotionnels. Les chercheurs ont enregistré les interviews de dix médecins qui ont interrogé 233 patients. Les patients ont été évalué immédiatement après par un psychiatre, au cours d’un entretien structuré. La précision du diagnostic n’était PAS associée aux caractéristiques sociales, universitaires, d’attitude ou professionnelles des médecins, NI aux caractéristiques sociodémographiques des patients, NI au temps passé par le médecin à explorer les symptômes émotionnels du patient;
L’écoute active (position face à face, les yeux dans les yeux, sans interruption verbale intempestive ) et la capacité à poser des questions à teneur psychologique permettaient de pronostiquer un diagnostic fiable. Une attitude négative du médecin vis-à -vis du patient était inversement proportionnelle à l’exactitude du diagnostic.
Commentaire de NL Stotland:
« première ligne avec leurs patients peut faire croire que les talents de dialogue sont un luxe. Des entretiens de bonne qualité sont pourtant gratifiants pour identifier des troubles mentaux à l’origine de souffrance, et d’une perte de temps . Ces talents peuvent s’apprendre et doivent être cultivés. »

Aucun commentaire

Réagissez au texte