La psychologie est-elle soluble dans la publicité ?

Deux personnages brillent dans mon firmament.
Notez au passage que dans « firmament » il y a « maman ».
Nous y reviendrons.
Il s’agit de deux femmes, qui ont été envoyées sur terre   par les dieux de la publicité.
Il s’agit de Cerise de Groupama, et de Miss Maaf, de la compagnie d’assurance éponyme.
Quand je déprime un peu, il me suffit de penser à elles, et mon énergie se remobilise aussitôt.
Cerise c’est rouge, c’est un fruit magique et ludique.
Et Ama, c’est … presque Mamma !
Miss Maaf est magique également, toujours là au bon moment !
C’est  Mary Poppins en moins coincée.

Ces deux femmes sont jeunes et belles à regarder : ça aide.
Leur voix est sensuelle sans être vulgaire.
Leur intonation, ferme sans être comminatoire.

Ensuite, elles donnent de bons conseils sur des sujets importants, c’est rassurant.
Mais surtout, elles le font sur un ton tellement léger, presque badin, voire mutin, qu’on a l’impression d’être avec sa grande sœur.
Une grande sœur qui a déjà fait dix ans de psychanalyse, qui est épanouie sexuellement, et qui aime tellement la vie qu’elle n’a de cesse que de nous la faire aimer aussi.
Ou avec sa jeune maman ( quand on 6 ans, on trouve que maman –nous y voilà, est la plus jolie du monde) .
Cette accorte coquette, loin d’être une imbécile au sourire niais, pense avec lucidité, évalue avec justesse, tranche avec justice,  et suggère sans en avoir l’air des décisions particulièrement difficiles à prendre.

Ces femmes habitent le paradis, et m’invitent à les y  rejoindre.
Le slogan de Groupama caresse ma régression :
«  Groooouuuupe AMA, toujours  toujours là pour moi ! »

L’éternel féminin est l’avenir de l’homme.
Et du petit garçon.

Dr Christophe Marx

Juillet 2012

Conflit d’intérêt : Client de la Maaf pour son assurance “locaux”.

Pour réagir à cet article :

Retour à la liste des publications

Aucun commentaire

Réagissez au texte