V: Victime, Vengeance

Victime

Le rôle de Victime se situe, pour l’analyse transactionnelle, sur le triangle Dramatique de Karpman.
La personne qui se présente comme Victime n’a pas subi un réel préjudice, ou alors elle l’a exagéré
Elle cherche à entrer en relation avec un Sauveteur (Cf. ce mot) ou un Persécuteur qui lui donnera les coups de pieds qui confirmeront son état.
Elle veut surtout se faire plaindre, et ne veut surtout pas d’une aide efficace qui l’obligerait à quitter son rôle.
Personne ne quitte, à la légère, les bénéfices énormes du rôle de Victime : c’est elle en effet qui contrôle le système dans lequel elle se trouve.
Une famille, entière par exemple, se déterminera principalement en fonction de l’état du migraineux : les activités, les rythmes, les relations, etc. seront dépendants de l’existence ou non d’une migraine … ce jour-là !
Les soignants sont très fréquemment confrontés à ce genre d’attitude. Faut-il en conclure qu’ils sont souvent Sauveteurs ou Persécuteurs ? Réponse dans le Forum…

Vengeance

C’est la pulsion que ressent l’Enfant Revenchard : Dans une position de vie + -, ( = je vaux mieux que vous ) il met en acte le mythe  » Vous avez le pouvoir de me faire du mal, mais je peux vous faire pire encore « .
C’est Taibi Kahler qui décrit l’Enfant Revanchard, dans le cadre du concept de mini-scénario.
Deux frères se détestaient à mort.
Une fée apparait à l’un, et lui promet ce qu’il voudra.
 » Mais attention, ajoute-t-elle, quoique tu me demandes, tu l’auras, mais ton frère aura le double »
« Alors crève moi un oeil  » répondit-il.

Aucun commentaire

Réagissez au texte